Svalbard (5/10) - Sur les traces des ours, bienvenue à Phantomodden.



Au matin du Jour 3, nous démontons le campement et quittons Brucebyen direction... Direction ? Nous ne le savons pas encore ! Nous avancerons jusqu'à ce que le froid et nos muscles nous stoppent, ou lorsque nous trouverons un endroit adéquat pour passer la nuit. 
Les kayaks sont chargés, les combinaisons enfilées, et les appareils photos prêts à l'emploi. Le soleil brille aujourd'hui encore ; nous contemplons une dernière fois le glacier Nordenskiöld et, au loin, la ville de Pyramiden.



On dit au revoir à nos copines méduses, & en route!

Nous n'avons malheureusement pas de photos du trajet à vous présenter...

Durant la journée, un vent terrible se lève et nous empêche de nous réchauffer... Heureusement, le soleil nous accompagne toujours, ravivant les sourires sur nos visages.
Aurélie nous informe qu'il est temps de chercher un lieu pour installer le campement. Comme nous l'avons dit dans cet article, il faut que l'endroit soit dégagé, proche de l'océan et abordable en kayak, et surtout qu'il est un point d'eau douce 'potable' (notion relative au Svalbard). Alors, c'est au pied de cette majestueuse montagne, brillant de mille feux sous l'heure dorée, que nous avons décidé de nous installer pour passer la 'nuit' (là aussi, notion très relative).






Comme le veut la procédure, nous attendons le signal d'Aurélie avant de débarquer. Une fois la combinaison retirée (ouf!), nous rejoignons notre guide pour prendre connaissance des modalités de montage de camp. Mais... Oh, surprise ! Qu'est-ce donc? Des empreintes de pas ! Des rennes ?! Et des Ours !! Voici donc la preuve que ce n'est pas une légende : on peut bel et bien trouver des ours blancs partout sur le Svalbard.

C'est ravis de notre découverte que nous nous mettons au travail. Le vent souffle, et ne nous facilite pas la tache, agitant anarchiquement nos toiles de tente.




Mais nous sommes tous des campeurs aguerris, et ce n'est pas une petite brise qui nous arrête !


Puis arrive le moment que nous attendons tous, celui où nous partons explorer les environs, avides de découvertes, avides d'émerveillement.



Julie & Marion, prêtes à photographier le Grand-Nord.




Et nous ne sommes pas déçus !






Du bois flotté en provenance de Russie recouvre les plages du Svalbard. Une aubaine pour nous, car cela nous donne matière à faire un feu pour nous réchauffer ! Cependant, il est interdit de brûler les "artefacts" pouvant dater de la seconde guerre mondiale... Alors attention ! Ramasser du bois pour faire un feu oui, mais pas les planches sur lesquelles on trouve encore des clous!











Edouard et Yoan, les vrais bonhommes qui ramassent du bois pour le bien-être de la communauté.





Retour au campement, et il est l'heure de faire le feu. Mais le vent souffle encore, nous empêchant d'allumer la moindre flamme. Or, nous sommes des professionnels et décidons de protéger le feu du vent en construisant un petit abri... qui malheureusement, n'abritera pas assez. C'est seulement après le repas que nous avons réussi ! Les tours de garde peuvent commencer, et à demain pour de nouvelles aventures...








→ Sur la route des mineurs, à la rencontre des rennes du Svalbard
Tempelfjord, le véritable océan glacial arctique
→ Surpris par le vent à Svettitel

La Faute Au Graph

« Vous avez la capacité de voir les choses à travers un prisme qui rend le monde plus beau. »

2 commentaires:

  1. Hello,
    Vous m'avez fait découvrir un endroit que je ne connaissais pas et ça me plaît beaucoup !
    Cet article donne vraiment envie d'aller s'aventurer dans cette partie du monde ;)
    Les photos sont magnifiques :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alex ! Nous rêvions - comme toi - de visiter le Groenland. Mais pour des raisons financière, nous nous sommes rabattus sur le Svalbard, et nous ne sommes pas mécontents de notre choix :)

      Supprimer

Bonjour, et merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !

Ici, vous pouvez laisser vos impressions, émettre des suggestions, et même nous dire ce qui ne vous a pas plu ! Nous sommes ouverts à toute critique, quelle qu'elle soit, pourvu que ce soit un avis sincère et constructif.
Bonne continuation, et à bientôt sur le blog de La Faute au Graph !

V&M