La Mongolie pratique - l'article que je ne voulais pas faire (2/6)



Les articles pratiques ont tendance à ne pas me plaire : ils sont moins sympas à écrire, et les détails techniques sont pénibles à collecter. Cependant, lorsqu'on part en voyage, il est normal de se renseigner un temps soit peu sur la destination. Nous nous devions donc de faire cet article un peu long pour les rêveurs, mais qui aidera les plus terre à terre d'entre vous à se faire une idée de la Mongolie.

Basqua, notre guide, revenant de faire boire les chevaux dans l'Orkhon

Point géo

Nous avons visité deux régions de Mongolie centrale : la partie riche du désert de Gobi, aussi appelée le Petit Gobi, et les steppes de la Vallée de l'Orkhon. Nous avons aussi passé quelques heures à Karakorum, ancienne capitale, et deux courtes journées à Oulan-Bator.
La Mongolie se situe en Asie centrale, et ses deux seuls pays frontaliers sont la Chine et la Russie. Les mongols parlent le... mongol (in-croy-able! ) et utilisent l'alphabet cyrillique. C'est le pays qui a la plus faible densité de population au monde (1,7 hab/km²), ce qui n'est pas pour nous déplaire!
Le climat y est continental : les températures descendent en dessous de -40°C l'hiver, et montent au delà de +40°C l'été dans le désert de Gobi.
Le décalage horaire est de +7h par rapport à la France (GTM +8) dans la majeure partie du pays. À l'Ouest, le décalage horaire est de +6h.


Brèves notions d'histoire


Le grand empire Mongol

L'empire Mongol, au XIIIe siècle, fût l'un des plus grands que le monde ait connu. Dirigé à l'origine par Gengis Khan (qui unifia une multitude de petites tribus pour fonder le premier Empire mongol), celui-ci est désormais un véritable emblème dans tout le pays.

Statue de Gengis Khan, palais présidentiel

En 1368, les Mongols furent chassés de Pékin par les Chinois et l'empire commence à s'effondrer. Ceci marqua la fin de la dynastie mongole et l’avènement de la dynastie chinoise des Ming. Ce fut la fin des grands empires nomades car dès lors toutes les tentatives d’unification impériale échouèrent. La Mongolie se retrouve alors sous tutelle chinoise jusqu'en 1920. En 1921 fut créé le premier gouvernement de la République Populaire de Mongolie. Le pays passe alors sous la dépendance de l'union soviétique : en réalité, les Mongols avaient demandé au départ l’appui des Russes contre la domination chinoise mais cette situation s’est vite transformée en une « occupation ». La chute de l'URSS en 1991 y met fin. La politique de répression menée par le régime communiste a aboutit à la destruction de le plupart des monastères ainsi qu'à l’exécution de la majorité des lamas (moines)...

Ruine du monastère d'Ovgon Khiid - Kogno Khan

Chaque conquête a eu un impact sur le pays ; l'exemple le plus concret est celui de l'alphabet, car on trouve dans la culture mongole aussi bien l'alphabet latin que cyrillique, ainsi que l'écriture logographique.

La capitale : Oulan-Bator

Place Sukkhe-Bator, en 'voie vers la modernité'.

Sarah a dit "La beauté ne m’intéresse pas. Je préfère l’émotion et l’inattendu. L’anarchie me touche plus que la cohérence. C’est pour cela que j’ai aimé Oulan-Bator. La capitale de la Mongolie n’est pas une belle ville, mais elle dégage quelque chose. L’âme d’un pays qui cherche encore sa voie vers la modernité."
Nous, nous n'avons pas aimé Oulan-Bator, et nous ne vous la conseillerons pas pour un city-trip.

Faire du tourisme sous le soleil d'Oulan-Bator

Mais cela est sûrement du au fait que nous sommes moins sensibles aux charmes des villes qu'à ceux des campagnes. La capitale mongole est en effet très "désorganisée"; tout n'est qu'anachronisme : des statues de guerriers Mongols aux Buildings de verre et d'acier, la ville semble à cheval entre deux époques. Pourtant, près d'1,3 millions d'habitants y vivent, soit plus de la moitié de la population du pays. C'est la deuxième ville la plus polluée au monde selon l'Organisation Mondiale de la Santé de part ses nombreuses centrales à charbons...
La circulation y est également très dense, et le chant des klaxons rythme la journée des habitants. Chose surprenante, les Mongols roulent à droite, mais ont des voitures avec le volant soit à gauche, soit à droite!

Circulation à Oulan-Bator, sous le Pont de la Paix

Si nous devions retenir une chose de la capitale Mongole, ce serait la place prinicipale : Sukkhe-Bator. Elle impressionne par la grandeur du palais présidentiel, ainsi que par ses statues monumentales encerclées par les plus hauts gratte-ciels de la ville.

Palais Présidentiel, place Sukkhe-Bator
  


Nous nous sommes un peu promenés à Oulan-Bator, et avons visité le monastère Gandan Khiid ainsi que le Musée National de l'Histoire Mongol. Nous avons également assisté à un spectacle de chants et danses traditionnels mongols au Tumen Ehk, et nous avons été plus qu'émus par les chants diphoniques.

À l'entrée de Gandan Khiid, monastère Bouddhique d'Oulan-Bator

À l'entrée du Tumen Ehk, une petite fille s'interroge sur notre activité photographique


Monnaie et coût de la vie

La monnaie mongole est le Tugrik. Pour connaître le taux de change, rendez-vous sur ce site. L'été 2016, il était de 2200 à 2300 MNT pour 1€ (autant dire qu'on nous a donné beaucoup, beaucoup de billets). La vie n'est pas particulièrement chère, mais elle n'y est pas gratuite non plus. Par exemple, comptez environ 10€ pour un repas en ville.

Un repas + un apéritif, délicieux cocktail au gingembre

Comme nous sommes partis avec un opérateur, nous ne pouvons pas vous renseigner quant-au prix de visite des sites touristiques. En outre, ce que nous savons, c'est que prendre des photos sur ces lieux est généralement payant. Pourquoi ? Probablement pour 1) dissuader le touriste d'embêter son prochain 2) gagner un peu d'argent facilement. Nous, nous nous sommes résolus à ne pas photographier ce qui n'était pas gratuit, et nous pensons avoir fait le bon choix (mention spéciale pour cette dame qui, lors du spectacle de chants et de danses mongols, n'a pas arrêté de se lever et de gêner tout son entourage pour un million de photos floues).


Nourriture


Assiette typique (mais en moins bon, parce que c'est pas Ouagui qui l'a faite)

Je peux vous assurer que si je trouve un restaurant mongol à Lyon, je n'hésiterai pas à aller y manger chaque midi. On nous a menti : la cuisine mongole et riche et variée (sauf pour les végétariens, vous comprendrez pourquoi...)

Commandé au hasard des images par Vincent : nouilles aux tripes 
Vous y trouverez de la viande (présente dans tous les plats, et essentiellement du mouton), des légumes tels que des tiges d'ails, des carottes, ou des haricots, et des féculents (pomme de terre, riz, pâtes). Nous avons goûté de nombreuses soupes (ou bouillons, comme vous préférez), toutes meilleures les unes que les autres. Et nous devons absolument vous parler des Pins, ces sortes de beignets frits servis au petit déjeuner : un régal.

© Clara - Préparation des pins par notre équipe

Vous trouverez également des raviolis, garnis de viandes ou de fromage. Les mongols en mangent pour les fêtes de fin d'année, mais nous avons eu la chance d'en goûter des fait-yourte (c'est comme fait maison, mais la maison est une yourte). Pas de dessert à la fin du repas, les mongols servent généralement des gâteaux industriels.
En ce qui concerne la nourriture nomade, on vous offrira toujours du thé salé au lait, servi tiède. C'est surprenant à la première gorgée, mais on fini vite par adorer ça. On vous servira également du lait de jument fermenté : tous ceux que nous avons goûté étaient différents ; ne vous arrêtez donc pas à la première impression, l'un d'eux  saura peut-être conquérir votre coeur.

Le lait de jument fermenté, proposé par Sanja, est toujours meilleur

Lait de jument fermenté, beurre de yak et thé au lait

Le beurre de yak, quant-à lui, est à mis chemin entre le beurre que nous connaissons et la crème fouettée. Oncteux à souhait, nous en avons même ramené en France ! Le lait de yak sert aussi à d'autres productions : le fromage (qui peut aussi être de chèvre ou de vache) est étonnant, et... étonnamment dur. Nous vous conseillons de ne prendre qu'un tout petit bout la première fois qu'on vous en proposera, ils sont trèèès nourrissants!

Fromage 'frais', en cours de séchage

Le petit lait des yaourts à base de lait de yak sert à faire un alcool appelé arkhi : acide et peu alcoolisé, vous le trouverez probablement bien meilleur que la vodka, servie pure!

Au mariage, pas le choix : il faut boire de la vodka

Le plat traditionnel nomade,  le khorkhog, est un barbecue de... mouton. Dans un pot à lait en métal, on y fait cuire la viande avec des galets brûlants, chauffés au poêle.
Vous l'avez compris, l'alimentation de base des mongols est principalement d'origine animale, viande et laitage.

Ouagui, notre cuisinier, faisant fumer et sécher la viande de mouton


La religion : Bouddhisme et Monastères

Je ne pense pas être apte à vous faire un cours sur la religion et le bouddhisme, mes connaissances étant assez limitées. Mais j'aimerai tout de même vous parler un peu des monastères (un article y sera consacré, ceci n'est qu'un préambule).

Ovgon Khiid, à Khogno Khan

La répression communiste a mis fin à l'apogée du Bouddhisme de la période Mandchoue : il fut interdit, et s'en suivirent massacres et purges. La plupart des monastères furent détruit, mais le Bouddhisme connait aujourd'hui une renaissance importante, avec la reconstruction et la rénovations des lieux de culte.

À Ovgon Khiid se mêlent le passé et le présent

Nous avons visité 4 d'entres eux : Gandan Khiid à Oulan-Bator, Ovgon Khiid à Khogno Khan, Tovkhon dans la vallée de l'Orkhon, et Erdene Zuu à Karakorum.
L'une des personnalités les plus importantes de cette religion est le Bogdo Gegen, ou "Bouddha Vivant". Sur les huit que connue la Mongolie, seuls les deux premiers étaient Mongols ; les autres étant Tibétains. Le premier était Zanabazar connut pour ses talents d’artiste, ses qualités en temps qu’homme d’église et politicien.
La Mongolie commence à se convertir au XVIème siècle, et la nouvelle religion se répand rapidement dans tout le pays. Les cultes chamaniques et lamaïques coexistent ou se confondent même parfois ; les divinités locales chamaniques, incorporées au système bouddhique, sont assimilées aux "protecteurs de la Loi".

Gandan Khiid à Oulan-Bator

Les informations ont été recueillies d'après ce site : vous y trouverez aussi quelques lignes sur le Chamanisme, la religion des nomades.

Les osselets mongols

Nomadisme et Yourtes : quelques règles

Voici une partie des règles qui nous étaient indiquées dans notre guide de voyage, agrémentées de petites choses que nous avons apprises au cours de ces deux semaines.

La yourte, vivre entre ciel et terre

La yourte est une forme symbolique de la représentation du monde pour le peuple mongol. En référence au caractère sacré de la nature et des esprits qui l'habitent, elle est donc régie par de nombreuses règles qui doivent être respectées lorsqu'on entre dans l'habitation d'une famille mongole traditionnelle. Son orientation, porte au Sud, fait qu'elle est traversée par les axes cardinaux, et les piliers centraux représentent la liaison entre la terre et le ciel : il ne faut pas passer entre ces deux piliers, même si vous voyez certains nomades le faire par oubli.

En voilà une qui n'a rien compris et a tissé sa toile... entre les deux piliers centraux.

Si la porte est fermée, ne frappez pas avant d'entrer. La règle la plus importante est probablement celle de ne pas marcher sur le seuil, ni de le toucher avec le pied. Essayez d'entrer avec le pied droit, mais ce principe semble un peu délaissé. Ne restez pas debout et asseyez-vous là où on vous l'indiquera. Ne tendez pas les pieds en direction de quelqu'un ou en direction du feu. Si par mégarde, vous touchez le pied de quelqu'un, serrez lui la main pour lui demander pardon.
Recevez ce qui vous est tendu des deux mains. Ne refusez jamais quoi que ce soit, accepter est signe de politesse. Goûtez à tout ce que l'on vous propose ; si c'est de l'alcool et que vous n'en buvez pas, trempez-y au moins les lèvres par respect. D'ailleurs, lorsqu'on vous sert l'alcool pour la première fois, vous devez faire une offrande aux esprits en y trempant l'annulaire droit et en envoyant trois fois une goutte en l'air dans trois directions différentes.


Tompco, notre guide, nous servant du lait de jument fermenté

Le feu à l'intérieur des yourtes est particulièrement respecté, n'y jetez rien. Nous avons appris aussi que c'est une mauvaise chose si les oiseaux utilisent nos cheveux pour leur nid : c'est pourquoi il faut brûler les cheveux, mais pas dans le poêle de la yourte.

Silhouettes spectrales de Bagui et Tamp, nos guides, au coin du feu


Hospitalité Mongole

Les Mongols ont un sens de l'hospitalité inégalé. Nous avons été de nombreuses fois conviés chez les familles nomades à boire le thé parce que l'un de nos guides avait rendu un service à l'arrière petit cousin du chef de famille. Nous avons toujours été reçu avec de grands sourires, et n'avons ressenti aucune appréhension sur notre condition de touriste. Nous avons ri, mangé, bu, joué, et évolué pendant 15 jours uniquement avec des mongols, et l'atmosphère qui régnait autour de nous n'aurait pu être plus chaleureuse ; reçus et intégrés comme des rois.

Mixité Franco-Mongole autour d'un jeu de cartes

Nous avons même été invité à un mariage mongol (bientôt en ligne : les 10 raisons de ne pas aller à un mariage mongol) parce que nous connaissions une chanson mongole ! Et ce fût un privilège immense, que de se mêler aux chants joyeux des autres convives.
Les conseils que nous pouvons vous donner sont logiques et universels : soyez respectueux, intéressez-vous à la culture du pays et au mode de vie de ses habitants. Partagez, échangez. Et surtout : faîtes leur confiance. Par exemple, nous avons laissé nos guides équestres porter notre appareil photo pendant toute la durée de la rando : ils ont joué avec, pris des photos à cheval pendant des galops bien rythmés, et je ne les ai jamais vu aussi précautionneux.

© Clara - Nos guides Bagui et Sanja avec notre appareil photo

Même chose dans les familles : les mongols adorent les photos, ils seront ravis de se laisser tirer le portrait à condition que vous leur envoyez les images. Ils demanderont toujours à voir les photos sur l'écran : au mariage, l'appareil photo a circulé entre les mains de tout le monde, pour notre plus grand plaisir.

Un lutteur pas comme les autres... Très heureux de se faire photographier avec ses bottes et sa moto!


Hygiène et santé

Avant de partir, nous nous étions renseigné sur les vaccins à faire, et avions consulté un médecin pour avoir une trousse à pharmacie complète. Malgré tout, certains d'entre nous sont tombés malades. Une tourista, ce n'est pas drôle, mais c'est facile à soigner : nous avions tout le nécessaire avec nous. Un coup de chaud, par contre, c'est autre chose. L'une de nous a donc expérimenté les services hospitaliers mongols, et nous pouvons vous dire que les mongols sont sérieux en ce qui concerne la santé. Est-ce que c'est comme ça tout le temps ? Ou est-ce seulement parce que nous étions touristes ? Nous ne pouvons répondre à cette question, mais nous savons que notre blessée a été soignée dans les règles : médicaments efficaces et soins appropriés de la part des médecins et infirmiers mongols, nous souhaitons remercier notre équipe qui s'est si bien occupé de nous. Merci à notre cuisinier qui nous a concocté de petits bouillons délicieux et réhydratant exprès pour notre guérison.

Clara vous souhaite bon voyage et vous conseille de vous hydrater régulièrement

Nous ne pouvons pas vous parler de l'hygiène en ville, car nous n'avons pas vu grand chose. Par contre, nous avons un petit peu expérimenté l'hygiène nomade. Les familles se lavent dans les points d'eau douce près desquels ils vivent, et se procurent des lingettes (qui seront vos alliées pour un séjour dans la steppe mongole). Et je vais enfin répondre à la question que beaucoup se posent (en tout cas, nous, nous nous la sommes posée) : où sont les toilettes dans la steppe ?

Photo après un long galop sur ce chemin : la steppe à perte de vue

Parce que oui, quand tout n'est que plaine sans aucun arbre, aller faire pipi dans l'intimité relève du défi. A certains endroits, vous trouverez des vrais toilettes - ou presque. Ce sont d'immenses fosses, recouvertes de deux planches espacées l'une de l'autre pour créer la cuvette. Mise en garde pour ceux qui ont le vertige : la première fois, ça fait peur. Si vous êtes chanceux, chaque WC sera équipé d'une porte.

1er WC public rencontrés sur la route ; nous ne le savions pas encore, mais ils étaient luxueux!

Toi qui as peur du vide, prends garde!

Les familles mongoles creusent elles-mêmes des versions miniaturisées de ces toilettes, et comme toujours, on préfère les WC privés que les WC publique, beaucoup moins... odorants!
À savoir aussi, il n'y a pas de poubelle dans la steppe. Les plastiques n'étant pas biodégradables,  on en trouve régulièrement dans les régions plus fréquentées. Soyez vigilants si vous randonnez à cheval, des déchets ça et là peuvent surprendre vos montures.


Le cheval et l'Homme

Le rapport des Mongols aux chevaux est très particulier. Le cheval mongol est un animal important dans la culture du pays, car il accompagne les nomades depuis plusieurs milliers d'années. Petit (mais ce n'est pas un poney!), robuste et endurant, le cheval est utilisé pour le transport et le lait de jument. Il a la particularité d'être IN-FA-TI-GABLE.

© Clara - La preuve que si, après de longues galopades

Sur ce site, j'ai trouvé ça : "L’allure naturelle du Cheval Mongol est le trot. [...] Son pas n'est pas très étendu et au petit galop, il n'est pas plus rapide qu'au trot." et c'est exactement ce dont on s'est rendu compte ; les chevaux mongols sont de meilleurs trotteurs que les trotteurs!
Bien évidemment, ils ont joué un rôle important dans la création du grand empire de Gengis Khan aux XIIIe siècle, avec une grande armée de cavaliers.

En ligne, comme des rois - photo par Bagui

Au début, les mongols peuvent paraître durs avec leurs chevaux, mais il n'y a rien de plus faux : les chevaux sont juste dressés différemment. Les nomades prennent grand soin de leur troupeau, et font tout pour limiter les maux de dos de leurs chevaux (eau froide immédiatement après avoir enlevé les selles par exemple).

Bagui, parti chercher les chevaux qui s'étaient éloignés

La plupart d'entre eux sont entravés pour limiter leurs déplacements sur de longues distances, et les chevaux n'en n'ont pour ainsi dire rien à faire et continue à brouter calmement. Les petits bobos n'ont pas la même importance que pour nous, mais les éleveurs les surveillent de près, il n'y a aucune inquiétude à avoir.

Exemple d'entraves

Aussi, il faut savoir que le cheval mongol est libre : il n'a pas de nom le soumettant à la volonté d'un Homme, les éleveurs appellent les chevaux par leur robe. Un esprit aussi pur que celui d'un cheval ne s'acquiert pas, on ne peut que l'admirer.

"J'étais là et je me souviens, je me souviens du vent qui appelait mon nom et du ciel, au temps où les chevaux sauvages pouvaient courir en liberté."

En bref, le cheval est au cœur de la culture mongol, vous les verrez de partout, en vrai ou en représentation. Un paradis pour les passionnés que nous sommes!


Vocabulaire

Avant de partir, nous voulions apprendre quelques mots de mongol, histoire de pouvoir nous intégrer rapidement. Mais malgré les vidéos Youtube et google trad', notre apprentissage fut laborieux. Voici ici un petit lexique non exhaustif des mots et phrases que nous avons appris lors de notre séjour. L'orthographe correspond plus ou moins à la phonétique des mots (je dis plus ou moins, car certains sons de la langue mongol sont très durs à décrire à l'écrit).

Cliquez sur l'image pour l'afficher en grand. N'hésitez pas à la télécharger!

Un grand merci à Pénélope, d'avoir noté rigoureusement tout le vocabulaire au fur et à mesure.
Maintenant, pour voir si vous avez bien retenu la leçon, essayez de traduire "un (1) poisson". ;)

L'article "pratique" touche à sa fin, j'espère qu'il n'aura pas été trop dur à digérer. Les prochains épisodes seront plus riches en images et en anecdotes rigolotes, on vous le promet!



→ Le petit Gobi, désert riche en paillettes
→ La Vallée de l'Orkhon, Terre de feu et Eau de vie
→ 10 raisons de ne pas aller à un mariage mongol
La Faute Au Graph

« Vous avez la capacité de voir les choses à travers un prisme qui rend le monde plus beau. »

19 commentaires:

  1. Réponses
    1. Trop forte ;) tu me fais rêver merci femme ❤️

      Supprimer
  2. Très chouette article.
    Ce type d'article est certes un peu pénible à écrire mais pour les lecteurs et, voyageurs potentiellement intéressés par la Mongolie, ça fournit une tonne d'informations qu'il est toujours utile de connaître. Et savoir compter jusqu'à dix en mongol peut toujours être utile ;) J'attends avec impatience l'article sur le Gobi ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est pour ça que je l'ai quand même fait :) merci en tout cas, je suis contente qu'il t'ait plu.
      Il faudra être encore un peu patient pour le Gobi ;) mais promis, tu seras le premier prévenu!
      À bientôt!

      Supprimer
  3. C'est peut être moins sympa à écrire mais c'est très sympa à lire! Je ne réponds pas pour le poisson mais je dis juste AMTE pour la viande!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha merci Péné-galope pour ce commentaire :D ça nous fait plaisir ! Héhé oui, et après "Bi iitigé!" ;)

      Supprimer
  4. Super article, un bonheur à lire - ce n'est pas fastidieux et bêtement pratique, c"est une mine d'infos utiles, d'histoires passionnantes et de belles photos. J'ai adoré ce que tu racontes sur la yourte, le feu, les cheveux, les coutumes, etc, j'ai lu avec un grand intérêt ce bel article bien fait. Et tes photos sont toujours un régal, j'adore celles d'Oulan Bator (même si la ville ne me tente pas), toi devant le parterre, la petite fille, j'adore les chevaux, la toile d'araignée, les yourtes, tous ces angles différents et cette richesse visuelle. Toujours un bonheur de te lire, Marion, vous êtes top tous les deux, surtout continuez ! A très vite, tim tim tim à de nouveaux articles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis vraiment super contente que tu aies aimé l'article, et les photos surtout... On en a encore tant à vous montrer :D
      Je n'ai pas vraiment pris plaisir à écrire cet article, mais s'il plait aux lecteurs, ça me touche beaucoup - mon travail est récompensé.
      À très vite, je t'embrasse, Machich Baïchtla (Merci beaucoup) !!

      Supprimer
  5. Bon, je suis coupée dans ma lancée, la pause est finie, je viens finir ce super article ce soir !!!! Bisous !!!

    RépondreSupprimer
  6. Super instructif et très détaillé, c'est très intéressant ! J'avoue que je préfère ta prose lyrique mais c'est génial d'avoir toutes ces infos avant de voyager, tu réponds à beaucoup de questions que je me posais (bon bah, allons y pour les planches en bois dans les toilettes... Hum...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le soir arrive vite dans ton univers de Licorne :D
      Merci beaucoup pour tous tes gentils commentaires ça me fait super plaisir ! :D
      Ahah les toilettes en Mongolie, une épreuve hors du commun la première fois... :)

      Supprimer
  7. Moi je trouve que cet article est plein d'anecdotes sympas :) et en toute honnêteté, si je prévoyais un voyage en Mongolie, j'aurais (encore plus ;) ) plaisir à lire tes infos pratiques. Coup de coeur pour la photo de la yourte avec les rayons de soleil, trop beau ! Et la photo de la porte du temple avec la petite fille aussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, tu es adorable :D Ca me fais vraiment plaisir de te voir par ici, et tes gentils mots me touchent beaucoup !

      Supprimer
  8. Whoa, c'est magnifique !
    J'adore tes photos. ♥
    Et j'adore ta façon d'écrire à toi aussi. :D C'est hyper utile et pas du tout ennuyant à lire. xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucouuuup pour ta gentillesse ! Et merci de ta visite pas ici, elle me fait grandement plaisir. Je t'embrasse, à bientôt ! <3

      Supprimer
  9. Hahahahaha la traduction d'un Poisson ! Merci j'ai bien rigolé ;)
    Super pratique, cet article, qui je le comprends bien est un peu plus compliqué à écrire... Mais on en manque pour la Mongolie !

    Vous n'avez pas parlé du goût du lait de jument fermenté... On m'a dit que c'était vraiment ignoble. Vous en avez pensé quoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé ;)
      Merci beaucoup Nastasia !
      Non, ce n'est pas ignoble :o C'est ce que je dis, chacun des laits de jument fermentés qu'on a bu avait un goût différent... Mais en gros, c'est assez amère, avec un léger goût un peu alcoolisé... Je ne saurais pas comment le décrire, mais certains étaient vraiment très bons et se buvaient facilement, d'autres laissaient un arrière goût assez désagréables... En tout cas, c'est meilleur que la vodka pure \o/

      Supprimer
  10. Tu as fais de ce guide pratique quelque chose d'agréable ! c'est en effet essentiel d'avoir des infos précises en plus du ressenti, tu as raison. Et les photos sont super belles.

    RépondreSupprimer

Bonjour, et merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !

Ici, vous pouvez laisser vos impressions, émettre des suggestions, et même nous dire ce qui ne vous a pas plu ! Nous sommes ouverts à toute critique, quelle qu'elle soit, pourvu que ce soit un avis sincère et constructif.
Bonne continuation, et à bientôt sur le blog de La Faute au Graph !

V&M